Enchanté

Inktober 2019, jour 7.

Enchanté

Les habitants avaient tous abandonnés leurs activités. Grands comme petits, vieux et jeunes tous réunis devant ce spectacle épastrouillant. C’était d’abord le bruit qui les avait rassemblés à l’orée du village, un bruit si imposant qu’il aurait réduit au silence celui qu’émettrait une mégapole d’usines, et qui avait surpris bon nombre des fermiers et artisans. C’était ensuite le tremblement qui avait fini de les amasser, un tremblement qui faisait sursauter le sol de manière saccadée, à faire jaillir des mottes de terre.

Ils avaient cru tout d’abord à un caprice de mère nature particulièrement violent, une colère vengeresse qui aurait déclenché un séisme et moultes répliques consécutives. Mais les murs des chaumières tenaient toujours, réfutant cette théorie, quoique quelques pierres s’étaient déchaussées des cheminées et étaient tombées dans les allées et sur les toits de-ci de-là, ne faisant miraculeusement aucun blessé.

Finalement, l’horizon les avaient délivrés du suspense insoutenable pour leur révéler un mont de fer mobile qui venait à leur rencontre. Chaque pas qui réduisait la distance entre ce dernier et les villageois tonnait comme un coup de marteau dans la forge des dieux, écrasant arbres et roc comme si ce n’étaient là que brindilles et grès friable. Bien loin de s’apeurer, les hommes et les femmes restaient captivés par cette hallucinante débauche de technologie naine d’où émanaient fumée et ordres beuglés des ingénieurs le dirigeant. Tous avaient les yeux écarquillés pour graver cet instant, être tutélaire du titre de premiers témoins de cet exploit magnifique.

À mesure que le géant de fer se rapprochaient, les villageois se décidèrent de partir à sa rencontre. D’abord marchant, puis pressant le pas. Ils étaient ensorcelés, enchantés du spectacle que les nains, plus souvent reclus qu’explorateurs, leur offrait. Les villageois s’arrêtèrent à une distance raisonnable du béhémoth dont chaque enjambée couvrait bien dix ou quinze mètres. Ils voulaient voir le golem au plus près, scruter chaque détail pour tenter d’en déchiffrer les rouages et assemblages, bien que peu s’y connaissaient en mécanique.

Aucun nain ne prêta attention aux vivats des humains, tout comme aucun d’entre eux ne prêtait attention aux ordres des autres, tous trop sourds pour les entendre. Les ingénieurs continuaient de faire avancer leur machine vers le village, sans dévier de cap. Des villageois, alors que le quadrupède se rapprochait dangereusement, commencèrent à s’inquiéter. Mais l’ingénierie naine était réputée pour sa justesse et sa fiabilité, et peu furent ceux qui ne pensaient pas qu’ils allaient s’arrêter juste avant leurs maisons.  

Ce n’est vraiment que lorsque la machine écrasa le rétameur, couvrant sa large jambe de fluides et d’entrailles, que tous crièrent leur horreur. Du haut de leur golem, les nains n’entendirent toujours rien, se contentant d’avancer vers le village pour tester la puissance destructrice de leur forteresse ambulante.

Premier jour Jour précédent Jour suivant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s