Speedwriting #3 (501 mots)

Thème : La Chandeleur

Contrainte : Placer une onomatopée intradiégétique

Le disque s’élevait, tournoyant dans les airs, lui conférant l’apparence d’un orbe. Avec ses cratères et sa couleur soleil, il avait l’apparence d’une Lune lors d’une éclipse. Jaunâtre et lumineux à souhait. Il vrilla une fois, deux fois, trois fois avant d’atteindre son zénith, où il resta suspendu une milliseconde.

Si le disque avait eu des yeux, il aurait pu être témoin de doubles quasi identiques de lui-même, collés au plafond. Il y en avait suffisamment pour nourrir un homme. Peut-être deux.

Mais le disque n’avait, semblait-il, pas d’yeux, ni de bouche ou de bras, pour ce que ça importe. Il n’avait pas de conscience non plus. Ce n’était qu’un disque, un aggloméré de lait, de farine, et de progéniture non fécondée de descendants de dinosaures. Bref, c’était une crêpe.

Une crêpe qui se mit à retomber sitôt cet aparté refermé.

Elle retomba et comme par un malicieux coup du sort, piqua droit comme un plongeur, pile à côté de la poêle qui un instant auparavant l’avait envoyé côtoyer les étoiles, nonobstant quelques milliers de kilomètres.

Elle s’écrasa au sol, brutalement, dans un flotch qui aurait pu être cocasse s’il n’avait pas été si dramatique. Le bruit humide et mou fut très rapidement suivi par une bordée d’injures toutes plus fleurie les unes que les autres. Anya regarda le fruit de son dur labeur au sol, impropre à toute consommation. Elle pesta, pour la forme, un peu plus contre la crêpe histoire de ne pas avoir à remettre sa dextérité en cause : 

« Flotch… comment ça flotch. J’t’en foutrais du flotch moi… Je lance droit. Je fais tout ce qu’il faut comme il faut et v’là que ça retombe à côté de la poêle alors que j’ai pas bougé mon bras. Flotch… Je vais bien y arriver j’te jure ! »

Et Anya jura pendant qu’elle badigeonnait une nouvelle fois copieusement sa poêle. Sa louche à ras bord se déversa sur le métal huilé et brûlant, dans un crépitement furieux. La crêpe fût formée. La crêpe fût jetée. La crêpe fût vrillée. Et, une fois n’est pas coutume, la crêpe fût gâchée et insultée. Encore.   

Anya coupa le gaz et lança sa poêle dans l’évier. Elle était énervée de ne pas réussir un simple tour d’adresse. Elle avait toujours utilisé une spatule pour les retourner, comme elle avait toujours vu sa famille le faire, et cela lui convenait bien. Mais on s’était moqué d’elle pour ne pas savoir les faire sauter, et sa fierté l’avait pris personnellement. Un peu à raison.

Elle éteignit la gazinière et la lumière de la cuisine, avant d’aller s’affaler dans le canapé, télécommande en main, prête à s’abrutir pour évacuer sa frustration. Elle ne vit donc pas, sur le carrelage froid et le plafond constellé, de petits yeux tout blancs s’ouvrir, de petites bouches sans dents ni larynx se former. Toutes ensemble, les crêpes abandonnées, se mirent à ricaner sans un son.

Elles n’avaient jamais aimé se faire jeter, et elles aimaient encore moins la famille d’Anya.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s