Overgrown / Débordement

Inktober 2019, jour 14. 

Overgrown / Débordement

– Nous devons agir.
– Sleyzick a raison votre altesse, vous devez agir. Le peuple risque de se soulever si rien n’est fait. Il nous faut organiser nos hommes sans tarder, avant que quelques débordements n’arrivent. Nous ne pouvons nous permettre des émeutes Sire.

Le roi regardait la carte déroulée sur la table circulaire. Son conseil était réuni pour discuter des menaces qui pesaient sur le royaume. Jamais en vingt ans de règne n’avait-il eu à gérer telle crise. Il voyait sur le parchemin devant lui son pays s’étendre. Des figurines représentaient ceux qui l’envahissaient. À l’ouest, un béhémoth mécanique mené par des nains sourds et fous. Et au nord-est, les villages qui se faisaient détruire un par un à une vitesse telle que les pigeons voyageurs ne suffisaient plus pour en suivre le compte.

Le roi était un bon roi, mais un ignorant des choses de la guerre. Il s’était toujours évertué à maintenir la paix et à mener son pays sur les routes du progrès, rejetant la violence sous toute ses formes.

– Sleyzick, vous êtes le général des corps armés. Que préconisez-vous ?

Le vétéran, d’un âge vénérable pour un soldat, prit le temps de réfléchir et de pondérer sa réponse.

– Votre altesse. Il me semble évident que nous devons faire front pour endiguer l’avancée des deux monstres, vous en êtes tout aussi conscient que moi, malgré votre nescience des choses militaires, j’en suis persuadé. Heureusement, vous avez eu la sagesse de ne pas réduire notre armée et nous pourrons agir.

Le roi acquiesça et fit signe de continuer.

– Nous nous occuperons tout d’abord des nains. Bien que leur machine soit de loin la plus effroyable, elle sera aussi la plus simple à contrer. Nous allons les harceler avec nos troupes ailées. Le but sera de les dévier de leur route jusqu’à les mener à ce col. D’après les informations que nous avons, la machine sera incapable de le franchir et nous les y attendrons avec nos canonniers. Nous devons aussi envoyer des éclaireurs retracer leur itinéraire pour s’assurer qu’aucune autre machine de cet acabit n’existe.
– Apportez-moi du papier et mon sceau, ordonna le roi. Continuez Sleyzick, je m’en remets à vous pour les manœuvres à venir.

Le vieux général opina, remerciant son souverain de la confiance qu’il lui accordait.

– Pour les villages au Nord, c’est plus complexe. Les rangs de nos sorciers ne cessent de diminuer et le forestier en charge des bois de la région est injoignable. Il vous faut mobiliser les apprentis des académies de magie au plus vite pour soumettre le dragon. Mes hommes seuls ne suffiront pas.

Le roi le savait. Il prit un second parchemin sur lequel il inscrivit quelques mots, un ordre concis et sans appel, avant d’y faire couler la cire rouge et d’y apposer la marque royale.

« Moi, Roi Sokol IV, ordonne à chaque apprenti en magie de se rendre à la caserne la plus proche afin de servir son pays. »

Premier jour Jour précédent Jour suivant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s