Geler

Inktober 2019, jour 4. 

Geler

Les gonds crissèrent et craquèrent, peinant à lutter contre la mince couche de glace les recouvrant. La nuit avait été le témoin d’une froideur exceptionnelle pour la saison, laissant sur la ville une fine pellicule de glace que ses habitants avaient découverte au réveil. Les fenêtres s’étaient vues affublées de seconde vitres, hermétiques à tout regard bien plus que des rideaux, quoique translucide. La fumée grise des cheminées jurait sur le ciel bleu clair, à la limite du blanc, et les rues étaient étonnamment vides pour une matinée de semaine. Le forestier était seul dans la venelle, soulagé de ne pas avoir à croiser ses congénères.

La glace céda dans un crépitement feutré à mesure qu’elle se brisait et que ses éclats jaillissaient de toute part, libérant la porte de son algide emprise. L’homme pénétra discrètement dans la maison et referma le huis derrière-lui qui résonna sourdement dans la ville silencieuse. Tout avait mené le forestier jusqu’ici, bien que trop tard, il en était conscient. Le spectacle qui s’offrait à lui finissait de corroborer ses soupçons. Un haut-le-cœur lui souleva la poitrine et il n’eut le temps de même se détourner qu’il vomissait.

Un cadavre, nu, protégé de la décomposition par le froid automnal singulier des derniers jours emplissait le centre de la pièce telle une œuvre morbide et mortifère. Le sang, qui s’était écoulé des blessures avait par endroit coagulé sur le sol, ou tout simplement gelé en petit cristaux, parachevait le bleu du corps de touches de couleur marron, ocre, rouge, ou blanc. L’hiver s’était infiltré avec la mort dans la maison, étouffant dans le même temps la cheminée pour n’y laisser que des cendres transies.  

Le forestier se ressaisit, se frictionnant le visage et les mains pour se dégager de la torpeur qui l’avait assaillie. Il osa s’approcher du cadavre pour l’examiner au plus près. Ses yeux étaient révulsés, sa bouche entr’ouverte, et sa langue bleuie obstruait sa gorge. Mais ce qui frappa le grand homme, ce furent les deux α gravés en noir sur les paupières inférieures de la victime.

– Merde, jura-t-il dans sa barbe, le gardien m’a pas couillonné.

Il rabattit sa capuche sur sa tête et sortit prestement de la scène du crime. Il n’avait plus le temps de s’attarder, l’hiver allait être là plus tôt que prévu et il devait retrouver le voleur et le ramener à l’abbaye avant que les routes ne soient bloquées, et ultimement avant que d’autres ne voient leurs âmes drainées hors de leurs corps.

Premier jour Jour précédent Jour suivant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s