Et de 2.1 : Retour vers le Spoiler

Alors, je sais ce que vous êtes en train de vous dire :

2.5

Toutefois, suite à quelques discussions avec une amie à propos de l’article précédent, j’ai décidé de prolonger un peu le sujet…

Si dans l’article précédent, j’ai pu parler du « pourquoi » le spoil n’était pas une mauvaise chose, il semble toutefois nécessaire de se pencher plus avant sur « pourquoi » le spoil existe, pourquoi il a une telle importance.

Le « Produit » se base sur le consumérisme

C’est une première déduction logique que l’on peut avoir. En effet, aujourd’hui, le produit (l’oeuvre) se base sur la consommation de celle-ci. Sur sa consommation rapide et continue. Netflix en est aujourd’hui un bon exemple avec ses séries originales… Qui sont disponibles entièrement en une fois sur leur plateforme ! Cela encourage le « binge watching », phénomène qui est de regarder très vite une série, sans pause, je le rappelle.

netflix-

Avec l’apparition de la pop-culture dans les années soixante, et celle du consumérisme, la manière de voir une oeuvre a changé. Il y avait la télé, les comics qui se continuaient ou se recommençaient.

Il y a à partir de là toute une culture de ce que j’appellerais la « Non-Fin » qui s’est développée. C’est encore plus marqué aujourd’hui, en cela qu’il y a dans beaucoup d’œuvres cette idée que cela ne se terminera jamais, que cela peut toujours aller plus loin.

Prenons Marvel pour exemple et ses séries Netflix encore une fois. Dans le cas de Luke Cage, la première saison n’a pas de fin. Elle ne se suffit pas à elle-même puisque même si l’arc narratif se termine, il n’y a aucune résolution véritable à la fin. Il faut attendre la mini-série The Defenders pour avoir cette suite !

Il y a eu une sorte de dérive de l’idée « d’univers étendue » à la Tolkien. Si le Seigneur des Anneaux se suffit à lui-même, il n’en reste pas moins qu’une simple parcelle, infime, de l’oeuvre complète de son auteur. Je parle de dérive, parce que dans le cas de Tolkien, le SdA se termine, c’est ensuite d’autres livres, certes dans le même univers, mais différents.

Cette continuation a une visée utilitariste

images.jpgQuel que soit le support, il faut se l’avouer : continuer quelque chose est pratique. On a le décors, l’univers, le « background » ou la « backstory ». Tout est déjà mis en place, et mieux encore : il y a la communauté déjà présente. Comme des fans attendant le nouvel album de leurs idoles, on est face à des spectateurs avides de la suite. Et cette suite est facile à donner, puisqu’il n’y a qu’à reprendre l’histoire où elle en était. Ou comme je l’ai déjà dit : ne pas finir pour ne pas avoir le problème de devoir « recommencer« .

En quoi tout cela a t’il rapport avec le Spoil? Hé bien, aujourd’hui, beaucoup de ces produits qui ne se finissent pas marchent à mon sens grâce au spoil.

On ne veut pas l’histoire, mais sa suite. On veut savoir ce qu’il y a après puisque la résolution n’arrive jamais. 

Le Rôle du spectateur

Quoi que l’on dise, le spectateur a ici un rôle majeur. En effet, le spectateur est aussi important que l’auteur, puisque c’est grâce à eux deux conjugués que l’oeuvreacc500010078748667a31458b7cee74e vit.

L’apparition de ces types de séries (comics, livres, séries…) est arrivés disais-je avec la pop culture, et la diffusion de masse. Cela a commencé dans les années 60 donc. Un exemple type pourrait être une série que j’adore d’ailleurs: Docteur Who, où pour pérenniser la saga, l’acteur est indépendant de la continuation de l’histoire !

Cela a donc amené un nouveau type de spectateur, sans qui ce processus d’histoire sans fin n’aurait jamais vu le jour, ou du moins n’aurait pu continuer. Le spectateur est donc aussi responsable de ce recommencement perpétuel, ou du moins cette continuation perpétuelle, tout autant que les créateurs.

Bref

De tout ça découle ce spoil, qui est devenu plus important que l’histoire. Il représente l’après que chacun veut découvrir par lui-même, mais qui en vérité n’a pas de finalité puisque cet « après » va lui aussi être suivi d’autres après.

Il ne reste qu’avec tout ça, je peux quand même enchaîner sur la structure narrative…

BOSI.

P.S : n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en commentaires
P.P.S : Oui, le titre est en total décalage avec l’article que je viens d’écrire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s